Mots rares

DSCF0040

– Havir, v. tr. : Dessécher, en parlant d’un feu qui brûle une viande à l’extérieur sans la cuire au-dedans. (http://www.cnrtl.fr/etymologie/havir)

– Irrision, n. f. : Action de se rire de quelqu’un ou de quelque chose. (lat. irrisio, onis, f : moquerie)

– Eudémon, n. m. Astrol. : Quatrième maison du ciel qui marque le bonheur, le succès. (grec ancien. εὐδαίμων : fortuné)

#MotsRares

@ZacEgs

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mots rares

DSCF0040

– Frutescent, ente, adj. Bot. : Qui a le port d’un arbrisseau. (latin frutex, arbrisseau)

– Fossoir, n. m. : Sorte de houe pour labourer les vignes. (lat. fossorium, instrument pour creuser)

– Mariole, n. f. : Au Moyen Âge, figurine représentant la Vierge.

#MotsRares

@ZacEgs

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mots rares

0011

– Gâcheux, euse, adj. : Détrempé d’eau, bourbeux.
(http://www.cnrtl.fr/etymologie/g%C3%A2cheux)

– Irrorer, v. tr. : Pulvériser en gouttelettes.
(http://www.cnrtl.fr/definition/irroration)

– Pulvérier, n. m. : Sablier, petit vase contenant une poudre.

‪#‎MotsRares‬

@ZacEgs

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Mots rares

Photos_2010_08_09 023

– Hasté, e, adj. Bot. : Qui est en forme de fer de lance.

– Évonyme, n. m. Bot. : Nom botanique du fusain.

– Potelet, n. m. : Jacinthe des bois.

#MotsRares

@ZacEgs

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Hercule

 

Affaire301 010

Des généreux flancs de douce Alcmène
Et de la volonté de Jupiter, immense et amène
S’élicita un demi-dieu, un phénomène
Qui eut pour grand-père le seigneur de Mycènes
Junon, à sa naissance, déjà, jalouse et vindicative,
Eut l’idée d’envoyer deux langues rétives
Tentative nulle, ce dernier prouva se nommer Hercule
Il saisit puis étouffa les deux animalcules
Tirésias, en oracle certain, décrivit le futur du jeune homme
Et ce fut le début de l’éducation du surhomme
Autolycus, de lui enseigner à conduire un char et à lutter
Euryte, roi d’Œchalie, de l’arc lui apprendre tous les tours et les dés
Eumolpe de lui apprendre la musique
Et Linus de lui faire comprendre l’art de la lyre épique
Enfin, Castor et Pollux de lui apprendre la gymnastique
Art bien utile pour un héros en devenir, bientôt macarite,
Puis ce fut le tour du centaure Chiron
De lui apprendre la morale, ô infâme ombon
Un jour, Hercule irrité par le trop d’aigreur
Que marqua à l’endroit d’une faute commise, son précepteur
Frappa le centaure et le tua immédiatement
Dix-huit ans s’étaient écoulés jusqu’à ce jour sanglant
Puis ce choix difficile entre le vice et la Vertu
Deux chemins assez larges tous deux dont un s’affirme obtus
Hercule s’élança sur les pas de la seconde femme
Qu’au détour d’un sentier il vit, la mort dans l’âme
Il prit pour résolution de détruire les monstres qui ravageaient la terre
De tuer brigands et tyrans impies autant que de priver d’air
Les destructeurs de l’humanité et de faire cesser tout ce qui pourrait
Aux progrès de la civilisation montrer un obstacle fort laid
Les douze travaux d’Hercule allaient commencer.

Zac Egs

Publié dans Non classé | 1 commentaire

Hamlet

CIMG0440

Hamlet, c’est la folie mais pas la folie douce,
Ah ! Fleur haplopétale, étrange mousse !
Hamlet c’est la folie qui compénètre le personnage
Sans le libérer, en le laissant captif de lui, cet homme sans âge
Et des autres, à jamais esclave de son moi, pauvre âme endeuillée
Par la perte d’un superbe père et d’une sœur éthérée
Hamlet c’est le pouvoir de l’illusion, le pouvoir des démons
La lubie, la fantaisie, la débandade et la sublime déraison
L’imagination attaque et atteint le moi de celui-ci
L’imaginaire et l’imaginal n’ont pas leur place chez lui
Hamlet rate le coche et manque à la sur-folie hiémale
Peut-on dire que ce dernier fait œuvre de piété filiale ?
Il perd son rang auprès du spectateur
Il change et d’allure et de couleur
Torve et perdu à jamais, il s’agite
Comme l’induvie, sa lubie accapare le fruit de l’unité subite
Hamlet est cette plante immiscible à l’espoir
Ou peut-être trop prompt à ce dernier, ce numineux miroir
Hamlet c’est aussi le noir soleil de la vengeance
Ce plat qui se mange froid, triste épingle de brillance.

@ZacEgs

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Arachnide

007

Elle est là, le soir, le matin,
Tissant sa toile, d’un air smaragdin
L’araignée, vous l’aurez reconnue
Cette bête atroce, comme affreusement cornue
Hante chaque recoin de la maison
Se mouvoir avec délicatesse est de vivre sa raison
Quatre heures, l’arachnide se cache dans son eudémon
Elle attend patiemment le passage d’un de ces aiglons
Que sont les mouches, pour toujours jamais sa passion
Elle pique, pond ses œufs
Et attend encore un jour ou deux
Du soir sans doute au matin sans voix
L’araignée tisse son mélicrat de soie.

@ZacEgs

Publié dans Non classé | 1 commentaire

Le flatteur


0059
Les monts et les vaux ne suffiraient point
Pour de mon admiration pour vous esquisser le pourpoint
J’irai à la face vierge du monde sans tête
Dire l’immense poète que vous fûtes et vous êtes
Je vous couvrirai non point de louanges
Mais de ce que je tiens pour vérité étrange
Je courrai parmi les hommes désintéressés et galants
Répandre les écus sonnets et trébuchants
Que vous versèrent vos éditeurs, à jamais ensorcelés
Par des vers que l’on crut de magicienne Circé.

@ZacEgs

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Sujet et objet

Photos_2008_jul_01 006

Si le sujet est bien souvent usé et fatigué par l’objet
Il a tout pour ne point rester simple jouet
Oui, l’homme contient en lui toutes les cartes nécessaires
Dont il a besoin pour agir et lutter sur cette aimable terre
Tout un chacun est ensorcelé par l’Autre ou par quelqu’un
Nous n’échappons ni à la faiblesse du premier ni à la puissance de l’Un
Les liens qui rapprochent le sujet de l’objet peuvent être sublimes
Les liens qui rattachent l’objet au sujet tiennent d’un terrible abîme
Mais sujet et objet ne sont que de faibles lasques
Devant nos vies pleines, vides et à la fois fantasques
Atteindre l’Essence du sujet est ce que souhaite la religion
La philosophie le souhaite également, au moyen de la Raison
Mais le véritable sujet est comme cet oiseau des Mascareignes
Il a disparu et son espèce attend l’avènement d’un nouveau règne
L’objet, quant à lui, n’inspire, bien souvent, que le mépris
Alors qu’il est un des fondements sur lesquels l’on s’appuie.

@ZacEgs

Publié dans Non classé | 2 commentaires

Poiésis et praxis

Arbre

Nous vivons dans la société de l’image
En effet, elle a souvent celle-ci pour visage
La création d’images est bel et bien le but du poète
La modification des rapports sociaux n’est point sa serpette
Le poète s’efforce d’extraire le précieux élixir
De toutes ces fleurs, ces fleurs destinées à mourir
Le philosophe emploie des techniques purement pratiques
Pour argumenter, éluder et enfin présenter son protreptique
Point de chômage intellectuel pour le poète

Il se meut et agite et son corps et sa tête
À la recherche de nouveaux termes
En tentant de conserver leurs épidermes
Il s’aventure dans des contrées diverses
Sous le feu de l’action et la force des herses
L’homme parfait serait poétique dans son quotidien
Et purement pratique dans son périple estudiantin.

@ZacEgs

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire